Etre stagiaire chez Talan

26 avril 2017

Extraits de conversation – Virginie, Jean-Baptiste, Samuel et Brice répondaient à vos questions en direct lors du chat-vidéo organisé avec Job Teaser. Retour sur le sujet des stages. 

ROSALIE : Quel type de stage proposez-vous, long ou court ?

S : Ce sont essentiellement des stages longs, d’environ 6 mois, et plutôt des stages de fin d’étude. L’objectif est d’intégrer le stagiaire au sein d’une équipe, d’une organisation. Le stage est vraiment une passerelle vers un CDI.

CYNTIA : Un stagiaire peut-il être amené à travailler sur des missions différentes ?

JB : Ça a été mon cas. Je suis arrivé en entretien avec un associé, il m’a tout de suite demandé si j’étais disponible la semaine prochaine pour aller à Lyon. J’étais un peu dépourvu, je suis parisien, je vis sur Paris et je ne connaissais personne à Lyon. Je lui ai répondu honnêtement que la proposition m’intéressait mais qu’être toute la semaine là-bas allait être compliqué. Il m’a donc proposé de faire à la fois une mission à Lyon dans l’assurance et une autre à mi-temps à Paris dans le transport. Donc oui c’est possible mais tout le monde ne le fait pas. Ce qui est beaucoup plus fréquent, c’est d’avoir plusieurs projets en parallèle chez le client, ou encore d’avoir une mission chez le client et une autre en interne.

LOIC : Avez-vous des opportunités de stage en système d’information fonctionnel et technique ?

S : Oui, l’équipe dont je m’occupe, par exemple, est une équipe d’appui technico-fonctionnels. On va donc appuyer des chefs de projet SI qui connaissent bien le métier du client mais qui ne sont pas forcément très pointus sur les aspects techniques.

CYNTIA : Peut-on être amené à travailler avec des collaborateurs internationaux pendant un stage en France ?

B : Dans l’équipe CRM chez Talan, ça s’est déjà vu. Après cela dépend énormément du projet qu’a le stagiaire.

S : Oui, ça dépend du client. S’il est international, on aura forcément des relations avec les pays étrangers.

JULES : Quel niveau de rémunération peut-on attendre en stage et à l’embauche ?

B : Ça dépend du profil, si l’on est junior ou expérimenté.

ADI : Comment accompagnez-vous vos stagiaires en montée en compétence sur les méthodologies de conseils ?

S : On accompagne nos stagiaires quasiment comme des nouvelles recrues et on essaye aussi de monter, tout au long du stage, un projet. Quand on intègre les stagiaires dans nos équipes, ils vont intégrer des projets qui peuvent durer plusieurs années, le but est donc d’avoir un petit scope limité à 6 mois. Sinon, au quotidien, les stagiaires sont forcément accompagnés d’un maître de stage pour réaliser des missions à très court termes (définition des projets sur des micros tâches, analyse de risques…) mais aussi pour s’assurer que le stagiaire n’est pas exposé à un risque ou qu’il ne va pas générer de risque.

B : Je rajouterai qu’avec les expériences que j’ai pu voir au sein de mon équipe, il y a une possibilité d’être assez rapidement mis sur le terrain tout en étant accompagné.

CAMILLE : Comment mon rôle peut-il évoluer entre mon entrée en stage et un post expérimenté ?

S : Ça va se faire progressivement, par un comportement, par une implication, par cette envie d’entrepreneuriat. Il faut juste ne pas être passif du type « je vais au travail tous les jours je fais ce qu’on me demande et je repars ». C’est comme ça que l’on passe d’un stage à un profil expérimenté, en essayant, en cherchant et en faisant des erreurs aussi, c’est ça qui permet d’apprendre.

Talan forme les futurs experts de la donnée, notamment en animant des Chaires d’entreprise, comme à l’EISTI :

Retrouvez les autres sujets du chat-vidéo :

Ces offres pourraient vous intéresser

    2017-12-04T21:20:21+00:00